Faire cohabiter le GPS et la photo numérique

Faire cohabiter le GPS et la photo numérique

palm-gps.png Ce billet fait suite à l’article «Géolocalisez vos photos» publié dans le SVMMac de ce mois ci.

L’article fort intéressant détaille précisèment la possibilité d’insérer des coordonnées GPS dans les informations EXIF d’une photo numérique. Le matériel mis en oeuvre dans cet article est bien évidemment un APN, un ordinateur de marque Apple et un GPS.
Cependant la solution développée par le magazine est idéale puisqu’il faut posséder me semble t-il d’un GPS randonnée type Garmin capable d’exporter un fichier GPX.
Ce fichier retrace les infos GPS susceptibles d’être enregistrées lors de l’escapade photographique. Et ensuite, grâce à un génialissime logiciel, GPSPhotoLinker, le fichier GPX est comparé à la date et heure des différentes photos. Ainsi grâce à un «batch», les infos EXIF des dites photos sont complétées par les coordonnées GPS.
Bien évidemment, chacun aura compris, il faut quelque soit le GPS employé, le mettre en état de marche et d’enregistrement pendant le reportage photographique.

Bon, bien si on ne possède pas un GPS Garmin capable de générer ce fameux fichier GPX, mais une simple sonde GPS filaire ou bluetooth autonome couplée à un assistant personnel type PocketPC ou Palm, il doit être possible de faire ce genre de manipulation…
Et bien oui, et je l’ai fait ce week-end avec un palm Tungsten T3 et une sonde GPS bluetooth de marque Cellink. Voici comment j’ai procédé…


  • Tout d’abord, il faut coupler les deux périphériques ensemble grâce aux préférences de l’assistant personnel. Petit rappel, pour la sonde GPS de cette marque, la clé d’authentification est 1234. – Ensuite, une fois ces réglages effectués, j’ai installé Cetus GPS un logiciel pour Palm capable d’enregistrer les différentes positions GPS, et un lanceur d’applications (capable d’explorer facilement le contenu du palm, à la recherche du fichier d’enregistrement en version PDB) célèbre dans le monde Palm: Zlauncher.
  • Surtout il ne faut pas oublier d’aller faire un tour dans les préférences de Cetus GPS afin qu’il puisse prendre en compte le matériel GPS. Et si tout fonctionne, on obtient cela:

Capture d'écran de Cetus GPS installé sur le palm T3Capture d'écran du logiciel Cetus en action

  • Et c’est parti pour l’enregistrement GPS de notre reportage photographique en allant dans le menu de Cetus GPS (Page>Track).

Cetus GPS en phase d'enregistrement

Là survient une difficulté pratique, celle de tenir son APN, la sonde GPS et le Palm. Un sac à dos modifié pour l’usage serait parfaitement adapté, à réfléchir… Après cette toute petite escapade à la brocante du coin, j’ai effectué quelques photos avec un Nikon s7c. Ne cherchez pas un intérêt photographique à ces photos, l’objet du propos étant avant tout technique ;-).

Voici une des cinq photos avec sa description EXIF:

La photo d'exemple pour renseigner les infos GPS des EXIFUn exemple d'infos Exif disponible depuis Aperçu sous Mac OS X Tiger

  • Et j’ai récupéré depuis le palm un fichier avec l’extension .pdb. Il est possible que le logiciel Cetus GPS permette de sauvegarder les diiférentes positions GPS dans un autre format, mais je n’ai pas trouvé. Et GPSPhotoLinker ne prend en charge que le format GPX malheureusement. Cependant le miracle Internet opère et après une recherche rapide, j’ai trouvé un site, GPS Visualizer, qui permet de convertir des fichiers GPS dans d’autres formats. Et le .pdb est pris en charge… hé, hé.

La conversion du fichier .PDB au format .GPX

  • Avant de lancer la conversion, attention au réglage «Time Offset» de telle manière à ce que cela corresponde à la date et heure de vos différentes prises de vues. On récupére alors un fichier .gpx que l’on va pouvoir charger dans GPSPhotoLinker ainsi que les photos.

Le fichier .GPS est chargé dans GPSPhotoLinkerLa fenêtre de batch de GPSPhotoLinker

  • Il ne reste plus qu’à cliquer sur «Batch save to photos» et hop, le tour est joué, vos photos vont de doter de propriétés Exif supplémentaires. Cependant, il est nécessaire de vérifier sur GoogleMaps que la position de la photo est bien respectée. Ici, dans l’exemple, je confirme, la photo à bel et bien été prise à cet endroit (plus ou moins quelques dizaines de mètres, la flèche rouge indique la véritable position). La précision est en partie due au nombre de satellites verrouillés sur la sonde GPS.

Le musicien et ses chiens à  la brocante Saint-Michel Les coordonnées GPS sont désormais inclus dans les infos EXIFLa véritable position est indiquée par la fléche rouge

Vue sur GoogleEarth après export d'Iphoto

L'accessoire de chez SonyEn conclusion, la manipulation est assez aisée. La principale difficulté étant plutôt pratique car il faut pouvoir embarquer un APN, un assistant personnel, un GPS; et que le tout soient complétement chargée. Pour les plus fortunés, il est possible d’investir dans un sac (environ 250 euros) équipé de capteurs solaires capables de recharger ses périphériques. Les plus bricoleurs, peuvent quant à eux investir dans un capteur solaire, équipé d’accus qu’il faudra greffer sur un sac à dos. Cependant, le coût est bien inférieur, il faut prévoir une trentaine d’euros et en plus ça se trouve dans le Auchan du coin. Reste à évaluer les performances d’un tel appareil. Dernière solution, plus simple mais ne fonctionnant que sur Windows est de faire l’acquisition du Sony GPS-CS1, un GPS qui enregistre également vos positions. Officiellement, ce système ne semble fonctionner qu’avec certains modèles de la marque Sony grâce à un logiciel propriétaire Picture Motion Browser. 01net s’est penché sur ce matos, en rédigeant un article complet.

X